Mélangeons les racines de la police pour l’amour du monstre volcanique !

Cher journal, cette résidence semble portée par des vents favorables. J’ai rencontré ce jeudi 13 décembre mes premiers indigènes, en la personne de Ahmed, Maryam, Chloé, Clément, David, Emma D., Élisa, Emma L., Ghalem, Kathleen, Killian, Léna, Lilly, Loni, Lucas, Maéline, Mathys, Nathan, Nayla, Nébia, Noah, Timéo. Sans oublier Patricia, leur institutrice de CE2. Et nous avons tout de suite mis les mains dans le cambouis. Le cambouis étymologique en l’occurrence, puisqu’il a été question de s’emmêler les racines. Qui parle de botanique ? Il s’agit de racines grecques. Ainsi, les enfants de l’école Casanova-Pasteur ont pondu de nouvelles directives :

  • ne dites plus tu as une forme de cheval, dites tu es hippomorphe.
  • ne dites plus je ne me se souviens plus de rien, j’ai un trou noir, dites j’ai une mélanomnèse
  • ne dites plus tu as une belle bouche, dites tu es callistome
  • ne dites plus mon papa est marathonien, il a besoin de boire beaucoup d’eau, dites mon papa est hydropolydrome
  • ne dites plus il est marrant le bruit que ça fait quand on allume la lumière, dites il est marrant ce photophone

Après ces trouvailles ingénieuses, un petit jeu sur les palindromes phonétiques à partir de la chanson Heureux qui comme Ulysse nous a permis d’éprouver un bref vertige linguistique (il serait donc possible de parler à l’envers ?) avant que je ne lance mes limiers sur une nouvelle piste. Leur mission : arpenter le dictionnaire à la recherche de mots qu’ils ne connaissent pas, et faire comme s’ils les connaissaient. Notre vocabulaire s’étoffe, et je pense pouvoir bientôt communiquer avec les populations environnantes. Ainsi, nous savons que lézarder signifie changer de couleur, tandis que l’abat-jour est utilisé pour tuer les animaux. Un arbre sans feuilles est dit atome, mais peut héberger des crapules, qui sont des bébés-grenouilles. Le coléoptère est une maladie du cou, l’abbaye une abeille très âgée. Le jarret désigne une plante en retard de croissance, et le brochet un rocher où l’on s’installer pour bronzer

L’après-midi du même jour, les élèves de seconde du Lycée Pasteur d’Hénin-Beaumont se sont initiés à la littérature combinatoire en alimentant un petit automate à perverbes et questions-réponses aléatoires, avant de se détendre en fabriquant des poèmes-images. Lundi 17 décembre, ce sont les collégiens de Libercourt qui se sont vu confier la mission délicate de créer une police de proximité. Plus explicitement, de repérer dans leur environnement immédiat des formes qui puissent faire office de caractères typographiques.

Police de proximité du 9-9 bis à Oignies (travail en cours

Avant cela, ils avaient été accueillis par un type en costume un peu inquiétant qui leur a expliqué pendant 5 minutes la raison de sa présence : réactualiser le contrat d’objectifs du projet d’établissement afin de définir les axes pédagogiques qui s’inscrivent dans la perspective du projet personnel d’orientation de chaque élève afin de renforcer l’autonomie et la motivation par la mise en place de paliers progressifs destinés à mieux prendre en charge l’hétérogénéité culturelle des élèves grâce à des groupes de remédiation et un accompagnement pédagogique personnalisé. Heureusement, une petite musique idiote est venue interrompre le monsieur avant que tout le monde ne se jette par la fenêtre du CDI. C’était le moment de se lancer dans la fabrication de haïkus suggérés par des images.

Deux haikus des collégiens de Libercourt

Jeudi 20 décembre, le même monsieur inquiétant s’adressait à 4 classes de 6e du collège Paul Duez de Leforest. Après une introduction en forme de canular verbeux, nous passons aux travaux pratiques, et élaborons des définitions de mots compliqués. Puisque la sauce prend, nous posons la première pierre d’un générateur automatique d’appréciations pour bulletins scolaires. Enfin, nous creusons des pistes possibles pour l’invention d’un langage tératologique. Il faut dire que les sixièmes de Paul Duez travaillent sur le monstre…

Retour au lycée Pasteur avec la classe de 2D7. Là encore il s’agit de commencer à faire des gammes. Nous inventons donc des définitions de mots compliqués, fabriquons des poèmes fondus qui sont ensuite dérivés suivant divers procédés oulipiens :

j’entends les oiseaux de mer
se rendre à la carte du monde
le jour-même le cochon du diable
me jette dans l’eau
avec les montagnes du cadavre
*
j’entends les okapis des flots
se rendre à la case de la chasteté
le journaleux même
le salaud du diabétique
me jette dans la flotte
avec les aiguilles de la bouteille vide

Enfin, cette année 2018 se conclut par une visite au collège Jean Macé, où la classe de 4D commence à explorer les différentes façons de déclarer sa flamme lorsqu’on est timide. Ainsi, la phrase Je t’aime devient J’ai un sentiment passionné qui me pousse à te respecter et à vouloir ton bien, puis J’ai une conscience plus ou moins claire et remplie de passion qui me pousse à te considérer avec respect et à vouloir pour toi ce qui est avantageux, agréable, utile. Mais les élèves ont aussi trouvé J’ai une sentinelle palpitante qui me pousse à te respirer et à vouloir ton bifidus. Personnellement, si je devais recevoir une lettre d’amour, cette dernière formule aurait ma préférence. À ce propos, les élèves, qui ignoraient le sens du mot sentinelle ont fini par le deviner en suivant leur instinct : il désigne effectivement une fleur jaune qui tient à la fois de la rose et de la tulipe. Dans le second groupe, nous jetons les bases d’une chanson de variété qui expliquera la formation des volcans et qui devra contenir des informations rigoureusement exactes et des mots outrageusement abscons.

La suite au prochain numéro, en 2019 !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s